Mantras et affirmations positives, créez les vôtres !

Les mantras et affirmations positives

Il y a encore 18 mois, je n’étais pas vraiment familière avec le concept de mantra. Cela m’évoquait quelque chose de spirituel, presque sorcier. Ayant étudié la psychologie clinique et le coaching, j’étais en revanche familière avec le concept d’affirmation positive. Les affirmations positives, comme les mantras, sont des pensées ou phrases positives qui, lorsqu’elles sont répétées suffisamment longtemps et régulièrement, peuvent changer le paramétrage de notre cerveau. Les mantras et les affirmations positives sont donc des concepts proches qui ont vocation à nous faire voir la vie de façon plus positive.

Mais revenons d’abord à mon expérience personnelle avec les mantras.

Les mantras et moi

En religion Bouddhiste et Hindouiste, un mantra est une formule sacrée dotée d’un pouvoir spirituel. Les premiers mantras que j’ai formulés ne m’ont pas particulièrement transcendée. Je me suis même demandée dans quel traquenard sectaire j’étais tombée.

Ma première expérience avec les mantras m’a laissée perplexe…

Nous étions un groupe assis en cercle autour d’un feu de bois, tous vêtus de blanc. Un homme à la guitare chantait des mantras, c’est-à-dire de courtes phrases répétées en boucle au son de la guitare. Le groupe répétait les mantras après lui.

Le tout en Sanskrit… et en jetant des pétales de fleurs et du riz dans le feu de bois …

Que l’on ne me méprenne pas, j’éprouve un grand respect pour tous les moines bouddhistes que j’entends régulièrement chanter des mantras dans les temples. J’éprouve également du respect pour les Dieux honorés dans les mantras.

Mon inconfort réside dans le fait de chanter dans une langue que je ne comprends pas des paroles à la gloire de Dieux que je ne connais pas.

Les mantras et affirmations positives doivent être adaptés aux besoins et aux croyances de chacun

En un mot : nous avons tous besoin de SENS ! Un autre exemple de mantra de la vie courante est la musique. Pensez à une musique que vous adorez et connaissez par cœur. Le contenu des paroles vous ‘parle’ et la mélodie vous emporte. Vous ressentez alors les effets immédiats sur votre humeur, et même sur votre aptitude à passer à l’action et entreprendre des choses.

Par exemple, quand je chante à tue-tête chez moi « Radioactive » d’Imagine Dragons, je vis les paroles : “Whoa, oh, oh, oh, oh, whoa, oh, oh, oh, I’m radioactive, RADIOACTIVE”. J’imagine les radiations sortir de mon corps, lancer des boules de feu comme dans Dragon Ball Z. Malheureusement il ne se passe rien de tel quand je chante à la gloire de Dieux Hindous. Ils en sont d’ailleurs certainement ravis.

Bon ok, mon exemple musical ne fait peut-être pas écho avec le vôtre. Ce n’est pas grave. Mon message est qu’un mantra doit faire sens pour celui qui l’utilise, à la fois dans la langue utilisée, le vocabulaire choisi et l’environnement associé (ex. : chanter un mantra en sanskrit dans un temple, en français dans une église, ou en anglais-rock-and-roll dans son salon).

Le pouvoir des mantras et des affirmations positives

Un pouvoir de reprogrammation du cerveau

Je suis maintenant une adepte des mantras. Du moins dans leur version revisitée par la psychologie moderne. Si vous êtes familiers avec le concept d’affirmation positive alors vous êtes familier avec la version moderne des mantras.

Les affirmations positives sont des mantras revisités. Ce sont de courtes phrases positives (= sans négation). Lorsqu’elles sont répétées en boucle régulièrement et suffisamment longtemps, elles ont un puissant pouvoir de reprogrammation du cerveau.

Les mantras ou affirmations positives ont deux super pouvoirs.

1er super pouvoir des mantras et affirmations positives

Faire taire notre petite voix intérieure. Celle qui nous dit que l’on n’est pas capable, pas à la hauteur, pas assez ceci, trop cela, que l’on n’y arrivera jamais, que ça ne vaut pas la peine d’essayer, etc.

2ème super pouvoir 2 des mantras et affirmations positives

Remplacer la petite voix intérieure négative par une version beaucoup plus positive. Une voix bienveillante qui nous encourage à croire en nos capacités, nos valeurs, notre intuition, nos choix, décisions, etc. ; et à agir en conséquent.

Imaginez votre cerveau en haut d’une piste de ski

De façon imagée, le cerveau fonctionne comme sur des pistes de ski. Imaginez votre cerveau en haut d’une montagne enneigée, chaussé de ses deux skis (un pour chaque hémisphère). Devant lui, deux options se présentent :

  • Option 1 : Suivre des traces de ski bien marquées dans la neige, façonnées par de nombreux skieurs déjà passés par là, si lisses et simples à suivre.

Ces traces de ski, ce sont nos schémas mentaux ancrés en nous depuis toujours : « je ne suis pas à la hauteur », « je n’y arriverai pas », etc.

  • Option 2 : Faire du hors-piste, sortir des lignes toutes tracées, et prendre le risque de se casser un neurone ou deux.

Le hors-piste, c’est le nouveau schéma mental, celui avec lequel nous ne sommes pas familier : agir avec confiance, croire en ses capacités, etc.

Quelle option le cerveau va-t-il choisir ? La première évidemment! Et on ne le blâme pas. Il économise du temps et de l’énergie à prendre l’option de facilité. Les mantras et affirmations positives permettent de créer une nouvelle piste de ski, celle de la réussite et de la confiance en soi par exemple, et d’effacer l’ancienne piste (ex. : celle de la peur et de l’échec). Simple, non ?

Mon cerveau prêt à se lancer en freestyle

Bien choisir son mantra ou son affirmation positive

En choisissant adéquatement son mantra ou son affirmation positive et en suivant des principes tous simples, il devient possible d’être plus forts, plus courageux, plus honnêtes, plus confiants, etc. D’ici là à lancer des boules de feu comme dans les mangas japonais, il n’y a qu’un pas !

Principe 1 : choisir des affirmations courtes

Les mantras ont vocation à être répétés en boucle et à cibler une ou deux problématiques précises. Donc faisons simple !

On ne valide pas : « je suis fort, j’ai des muscles en béton, je n’ai peur de rien ni personne, rien ne peut m’arrêter, je vais soulever des montagnes, franchir des rivières, traverser des déserts et affronter l’adversité/ ma femme, etc. »

On valide : « j’ai confiance en mes capacités et mon intuition »

Principe 2 : les affirmations sont positives

Le cerveau ne comprend pas la négation, donc formulez les affirmations de façon positive.

On ne valide pas : « je NE mangerai PAS de pains au chocolat et de brownies aux noix de pécan »

Avec une telle affirmation, vous allez voir du chocolat flotter tout autour de votre tête… complètement contre-productif !

On valide : « j’ai la force et le courage de résister à la tentation »

Principe 3 : les affirmations sont des affirmations, pas des suggestions !

On ne valide pas : « ce serait bien si je pouvais avoir plus confiance en moi »

On valide : « j’ai confiance en moi »

Répétez le mantra/ affirmation positive tous les jours pendant 1 mois

A voix haute ou en silence ?

Idéalement, le mantra est à formuler à voix haute ou en chuchotant. Evidemment, si vous avez choisi de répéter le mantra dans le métro ou un entouré d’autres personnes, faites-le dans votre tête. Ça fonctionne aussi et ça vous évite de passer pour un dingue en société…

Tous les jours?

Répétez le mantra en boucle, tous les jours, pendant 5 à 10 minutes. Voire même plus si vous le souhaitez ! Pas de posture préconisée. Vous pouvez intégrer le mantra à votre méditation quotidienne si vous méditez, ou bien le faire assis sur une chaise, en marchant, etc. Essayer de porter votre attention sur le mantra plutôt que sur ce qui se passe à la télé ou dans la rue. Fermez les yeux si besoin et mettez-vous au calme !

Pourquoi 1 mois ?

Des études ont démontré que la durée moyenne pour prendre une nouvelle habitude est de 66 jours, soit un peu plus de 2 mois. Je vous conseille de faire l’exercice pendant 3 à 4 semaines pour commencer. Puis faites le bilan. Si vous voyez des évolutions positives dans votre vie grâce à ce mantra, continuez !

Et si ça ne marche pas ?

Si vous ne voyez pas de changement manifeste malgré l’application des principes ci-dessus, demandez-vous si vous avez choisi le bon mantra. Il est parfois difficile d’identifier la cause de nos difficultés et donc de choisir le bon mantra !

Des exemples de mantras et affirmations positives ?

Voici 12 exemples de mantras et affirmations positives.

 “Je suis en sécurité et fort(e) dans l’adversité”

 “J’ai le pouvoir de créer ma réalité et influencer ma vie”

“Je mérite de suivre mes passions et mon objectif de vie”

“Je suis ouvert à aimer et être aimée”

“J’exprime mes intentions avec clarté”

“Mes actes sont en en cohérence avec mes valeurs”

“J’ai confiance en mon intuition”

“Je m’aime et je m’accepte telle que je suis”

“Je suis libre d’être moi-même”

“J’ai confiance en moi et j’ai confiance en la vie”

“Je mérite d’être heureuse et de réussir ce que j’entreprends”

“J’écoute mon corps et je sais ce dont il a besoin”

N’hésitez pas à mixer ces mantras entre eux ou à créer le vôtre !

Mon retour d’expérience sur les mantras et affirmations positives

J’ai commencé l’exercice avec un nouveau mantra il y a maintenant presque deux semaines. Je le répète généralement le matin, idéalement à voix haute. Parfois j’ai envie de faire l’exercice, parfois non. Mais j’essaie de m’y tenir.  

Les effets positifs que j’ai déjà constatés 

Je remarque que mon discours intérieur commence à se modifier, et mes actes également. Voici un exemple concret lié à ma pratique du yoga: j’ai encore peur de chuter en pratiquant une ou deux postures. J’ai conscience que le fait de me forcer à chuter est le meilleur moyen de désacraliser la chute mais je me répète sans cesse « pas aujourd’hui, je n’y arriverai pas, j’ai trop peur ». Grâce aux mantras, je parviens à changer le discours de cette petite voix et à le remplacer par « j’ai confiance en moi », « je sais comment chuter sans me faire mal » ou « je suis en sécurité avec le prof à côté », etc.

Ce qu’il me reste à accomplir 

Dans la continuité de l’exemple ci-dessus, je me prépare mentalement à dépasser ma peur pour enfin tenter une chute (puis deux, puis trois, etc.). Je n’y suis pas encore mais je me laisse jusqu’à la fin du mois !

Si vous avez aime cet article, vous aimerez peut-être :

Partager l'article :
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *