Les 5 principales sources de stress au travail

Son chef rentre dans la pièce. Il est 8h et elle est au bureau depuis près d’une heure. « Ah, t’es là Karine. ». Alors elle, c’est Stéphanie. Mais pour une raison qu’elle ignore, son chef n’a jamais retenu son prénom, et il ne daigne jamais commencer ses journées par un « bonjour ». Stéphanie laisse couler car de toute façon, elle est claquée. Hier soir, elle a raté l’apéro avec ses potes parce qu’elle a dû terminer une présentation Power Point sur un sujet complètement inutile. Elle a dormi 4 heures et elle en est à son quatrième café. Quoique lui demande son chef, elle se sent sous tension. Il lui demande son Power Point et lui fait des critiques acerbes sur le choix du code couleur et sur la taille des marges. Quel c**. Elle lui en collerait des codes couleurs là où elle pense. Il lui demande ensuite si elle a fait relire la présentation aux personnes impliquées dans le processus de validation. Elle se demande depuis quand il y a un processus de validation dans cette boite bordélique. Une fois son chef parti, elle fait ce que tout collaborateur fait pour gérer son stress au travail : elle fonce au distributeur automatique et achète trois Kinder Bueno.

Stress au travail: c’est de notre faute ?

On pense souvent que lorsque l’on est stressé au travail, c’est de notre faute. Après tout, pourquoi suis-je stressé.e alors que d’autres ne le sont pas ? Certes, il y a une variable interindividuelle dans le stress. Certaines personnes sont stressées dans une situation donnée, et d’autres ne le sont pas. J’ai toujours rêvé de faire partie du groupe de celles qui ne sont pas stressées, mais ça ne m’est jamais arrivé… Du coup, le problème doit venir de moi, non ?

Ce que l’on a tendance à oublier, c’est que le stress est la résultante de l’interaction avec un environnement. Si je suis stressé.e au travail, c’est qu’il y a des sources de stress sur mon lieu de travail. Autrement dit, quand on fait un burnout, ce n’est pas du fait de l’individu tout seul. Tiens, tiens, si je faisais un burnout aujourd’hui ? NON, c’est l’individu qui, en interaction avec un environnement non propice, épuise ses ressources adaptatives. Le stress est donc une réaction physiologique, cognitive, émotionnelle et comportementale en réaction à notre environnement.

En psychologie du travail, on identifie généralement 5 sources du stress au travail :

  • L’épuisement professionnel ou burn out,
  • Le déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée,
  • Le manque d’autonomie et de latitude décisionnelle,
  • Le manque de soutien de la part des collègues de travail et du management,
  • Le manque de clarté de l’organisation du travail

1. L’épuisement professionnel ou burn out

Vous allez me dire : « je ne comprends pas. L’épuisement professionnel est causé par le stress, et non l’inverse ! ». Oui et non. Épuisement professionnel et stress sont en fait un cercle vicieux. Trop de stress peut effectivement générer un épuisement. Mais l’inverse est vrai aussi. Un épuisement, physique et/ ou mental génère du stress !

Lorsque l’on a une charge monumentale de travail, des horaires à rallonge au bureau, que l’on court de réunions en réunions, et que l’on tient à bout de bras sa vie de famille… c’est épuisant, physiquement et mentalement, non ? Eh bien, cet épuisement génère du stress. Lorsque l’on est épuisé, il est difficile de se concentrer et de travailler aussi rapidement et efficacement que lorsque l’on est en forme. Ce sentiment de perte d’efficacité est source de stress.

2. Le déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée

Les journées interminables, les diners manqués avec les amis, les soirées en famille gâchées par les appels et mails incessants, les rendez-vous Tinder annulés à cause de la charge de travail, etc. Quand la vie professionnelle empiète trop sur la vie privée, c’est source de stress. Quand le travail devient le cœur de notre vie, et nous enjoint à délaisser vie sociale et toute autre activité source de plaisir, c’est stressant.

C’est essentiel de conserver un équilibre de vie pour la simple et bonne raison que lorsqu’une sphère ne notre vie ne se porte pas bien, nous pouvons nous appuyer sur l’autre. Si ma vie professionnelle ne se passe pas bien en ce moment, je vis néanmoins des moments de plaisir au sport, en famille, avec les amis, etc. Quand on n’a QUE le travail dans la vie, le jour où la sphère professionnelle se dégrade, c’est une vie qui s’écroule. Bref, du stress puissance mille.

3. Le manque d’autonomie et de latitude décisionnelle

Bienvenue dans notre entreprise-qui-déchire. Je te présente ton collègue Jean-Marc. Jean-Marc a pour mission de ne jamais te quitter d’une semelle, d’observer tous tes faits et gestes, et de te rappeler à l’ordre si jamais tu t’octroies la liberté de prendre une initiative.

Le stress survient quand notre environnement de travail ne nous permet pas d’exercer un certain contrôle sur notre travail et de prendre des décisions dans un cadre donné. Pourquoi ? Parce que toute personne se développe et « brille au travail » lorsqu’elle utilise ses compétences et en développe de nouvelles. Cela requiert un minimum d’autonomie au travail et une certaine latitude décisionnelle. Concrètement, la culture d’entreprise et surtout le style de management influencent directement le stress perçu par les salariés.

4. Le manque de soutien de la part des collègues de travail et du management

Lorsque j’étais étudiante, j’ai fait un stage dans une entreprise où tout le monde était débordé. Lors de mon premier jour de stage, ma manager m’a remis un énorme classeur et m’a dit : « je n’ai pas le temps de t’expliquer, fais la même chose que ce qu’il y a dans ce classeur ». BASTA. Ni la manager, ni aucun collègue ne m’a expliqué ce qui était attendu. Ce classeur était plus ou moins du chinois pour moi. Vous croyez que j’étais détendue lors de ce premier jour ? NAN ! Je suis allée secrètement pleurer dans les toilettes.

Fort heureusement, il m’est arrivée de travailler dans d’autres entreprises où les managers, de même que les collègues, se rendaient disponibles. Le fait de se sentir soutenu au travail, quelle que soit notre ancienneté dans un poste, est un énorme modérateur du stress. Certaines entreprises instillent volontairement un climat de compétition entre les salariés. Bien que ce soit un moyen de pousser les salariés à se surpasser, c’est aussi une véritable machine à burnout. On n’est pas des robots !

5. Le manque de clarté de l’organisation du travail

– « Martine, je te rappelle qu’on a un comité de pilotage à 14h. 

Ah bon, mais c’est quoi ce comité ?

Aucune idée, mais on va discuter du devenir de l’équipe projet.

L’équipe projet ? C’est quoi l’équipe projet ?

Je n’en sais rien mais apparemment on en fait partie.

Ah bon ? Et du coup, notre avenir est menacé ?

Ben je ne sais pas, ce sont les membres du comité qui vont décider.

[Martine en flippe] Ok… c’est qui les membres ?

Je ne sais pas. Apparemment ils travaillent ici mais personne ne sait ce qu’ils font. »

L’absence de clarté dans l’organisation du travail concerne notamment les rôles et responsabilités de chaque équipe, de chaque collaborateur, et de chaque comité. Il s’agit aussi de la transparence dans la communication d’entreprise, par exemple au sujet d’éventuels remaniements organisationnels pouvant affecter le poste de certains salariés. Quand rien n’est clair dans l’organisation, bref quand c’est le bordel, c’est stressant. On ne sait plus qui fait quoi, ni vers qui se tourner quand on en a besoin. On ne sait même plus trop comment répondre à la question : « mais tu fais quoi dans ton boulot en fait ? ». Embarrassant, non ? En tant qu’humains en quête d’épanouissement, nous avons besoin d’évoluer dans un cadre de travail clair et qui ait du sens. Sinon, cela épuise nos ressources.

Comment éviter le stress au travail ?

Il y a de nombreuses techniques pour éviter ou apprendre à gérer le stress au travail. Ce n’est pas l’objet de cet article de rentrer dans le détail de ces techniques. En revanche, voici 5 conseils concrets qui découlent de chacune des sources de stress mentionnées ci-dessus.

  • Conseil 1 : Dormez suffisamment ! Rechargez vos batteries, physiques et mentales. Vous ne laisseriez jamais votre téléphone se décharger complètement. Faites pareil avec vous-même ! 😉
  • Conseil 2 : Revoyez vos priorités ! Est-ce que votre vie professionnelle est vraiment votre priorité numéro 1 ? Si ce n’est pas le cas, comment pourriez-vous rééquilibrer votre vie pour accorder plus de temps à votre vie privée et à tout ce qui est important pour vous ?
  • Conseil 3 : Si vous estimez avoir les compétences nécessaires sur votre poste, assurez-vous d’avoir suffisamment d’autonomie et de latitude décisionnelle. Si ce n’est pas le cas, discutez-en avec votre chef.
  • Conseil 4 : Identifiez les personnes-ressources sur votre lieu de travail, et entretenez ces relations. Les personnes-ressources sont des personnes qui vous soutiennent et qui sont toujours prêtes à vous aider.
  • Conseil 5 : Assurez-vous d’avoir une définition claire de votre rôle et de vos responsabilités au travail. C’est peut-être le bordel dans votre entreprise, mais vous ne pourrez malheureusement pas tout changer vous-même. Commencez donc à petite échelle avec votre activité, puis avec celle de votre équipe.

Et la technique du gros canard jaune, alors ?

L’enjeu de la gestion du stress est de taille. Le stress chronique peut être vraiment délétère physiquement et mentalement sur le long terme. Bien qu’il puisse être tentant de péter un câble et de débarquer déguisé en canard jaune géant sur le lieu de travail, en chantant « au revoir président », ce n’est pas la solution à tout ! En réalité, ça n’a jamais été la solution à quoique ce soit… au cas où vous ayez un doute.

Moralité : essayons de reprendre les rênes de notre vie pour adresser les sources de notre stress au travail !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être :

Et suivez-moi sur FacebookInstagram et YouTube !

Partager l'article :
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *