Ad

Addiction à l’alcool | Il raconte son histoire

Voici l’histoire vraie de Stephen, un Américain de 39 ans, qui a sombré dans l’addiction à la drogue et à l’alcool à la suite du décès brutal de sa mère lorsqu’il était adolescent. Je l’ai rencontré dans le cadre mon activité professionnelle au sein d’une structure de réadaptation pour les personnes dépendantes à la drogue et à l’alcool, située en Thaïlande. Lorsque j’ai rencontré Stephen pour la première fois, rien ne laissait penser au premier abord que cet homme extraverti, souriant et charismatique, ait vécu l’enfer de l’addiction pendant de nombreuses années. Je l’ai côtoyé quotidiennement pendant plus de 2 mois. Son histoire et son envie inébranlable de s’en sortir et d’être heureux, ont été une véritable source d’inspiration pour moi.

Dans le cadre de l’un des ateliers thérapeutiques, Stephen a rédigé et lu son histoire. Elle se décompose en trois parties : son passé, son présent, et son futur. J’ai trouvé son histoire bouleversante et extrêmement bien rédigée. C’est cette histoire que vous trouverez ci-dessous, rédigée par Stephen et traduite en Français par moi-même. Stephen m’a donné son accord pour partager son histoire de vie, dans l’espoir qu’elle puisse inspirer d’autres personnes en situation de fragilité. Si comme moi vous êtes sensible à son récit, vous pouvez laisser un message en bas de l’article, que je lui transmettrai.

Mon passé

Une enfance heureuse, brutalement interrompue

Je suis né le 15 Aout 1982 à Kuala Lumpur. Mes parents sont tous les deux américains, et j’ai un frère aîné.

Nous étions une famille expatriée et la carrière de mon père nous a fait voyager dans le monde entier. Pendant les 15 premières années de ma vie, nous avons vécu en Arabie Saoudite, à Hong Kong, aux Philippines, en Indonésie et à Puerto Rico. Notre famille était remplie d’amour, d’encouragements et de rires. Je ne peux que décrire mon enfance comme formidable.

Quand j’avais 15 ans, mon père a pris sa retraite et nous avons décidé de déménager aux États-Unis, dans l’Oregon pour être exact. Cet été là, lors du déménagement vers notre nouvelle maison, nous nous sommes arrêtés à Chicago pour rendre visite à la famille de ma mère. C’est à cette période que ma mère a développé une mauvaise toux et a consulté un docteur pour se faire traiter. Peu de temps après, elle a été diagnostiquée avec un cancer des poumons. Pendant les deux mois qui ont suivi, nous sommes restés à Chicago le temps de son traitement, mais la maladie était trop forte. Elle est décédée fin Août. Ce changement brutal et soudain dans ma vie m’a dévasté, c’est le moins que l’on puisse dire.

Les débuts de l’addiction à l’alcool et à la drogue

Alors à 15 ans, j’ai commencé une nouvelle vie dans un nouveau pays. Nous étions juste mon père et moi, et nous nous sommes débrouillés du mieux possible. La mémoire de ma mère toujours fraiche dans mon esprit, je me suis promis de l’honorer en vivant une belle vie et en étant une bonne personne. C’est devenu difficile pour moi car la culture américaine était drastiquement différente de ce que j’avais connu jusqu’à présent. Le niveau de liberté personnelle que j’avais acquise m’a donné l’opportunité d’explorer de nombreuses choses. La première d’entre elles étant l’alcool. Ceci a ensuite ouvert la porte aux cigarettes et à la marijuana. A 17 ans, j’ai commencé à prendre de la cocaïne et de l’ecstasy.

Excité à l’idée d’avancer dans ma vie et de réaliser mes rêves, j’ai abandonné le lycée à l’âge de 18 ans et j’ai déménagé à l’autre bout du pays pour étudier l’ingénierie du son en Floride. Je me débrouillais très bien à l’école et j’étais très apprécié par mes professeurs, mais mes activités extrascolaires ont commencé à interférer. Ma consommation de cocaïne s’est amplifiée et a dérivé vers la méthamphétamine.  J’étais complètement ravagé par la méthamphétamine, et j’ai fini par arrêter d’aller en cours. Puis j’ai été expulsé de l’université et je suis rentré chez moi.

De retour en Oregon, j’ai commencé à travailler à plein temps dans des restaurants, et je passais mes nuits au bar. L’environnement du bar est devenu un style de vie que j’appréciais. Ma carrière de DJ a commencé à décoller et lorsque je n’étais pas dans les restaurants, je passais tout mon temps dans les boites de nuit et les bars dans lesquels je mixais.

Arrestations, sobriété et première rechute

Entre les âges de 21 et 25 ans, j’ai été arrêté deux fois pour conduite en état d’ivresse, une fois pour cambriolage, deux fois pour possession de marijuana, et une fois pour défaut de comparution sur mandat d’arrêt délivré par la cour. Ma consommation d’alcool était hors de contrôle et un juge a ordonné que je me fasse soigner. A 26 ans, j’ai déménagé au Texas pour être proche de mon père et j’ai rejoint un centre de réadaptation pendant 30 jours. Ensuite, je suis resté sobre pendant à peu près 3 ans, et tout allait incroyablement bien dans ma vie. Je mixais toutes les semaines dans les meilleures boîtes de nuit de la ville. J’ai également créé la première école de production de musique et de formation des DJ de l’état et j’étais très heureux.

Cependant, pour une raison que j’ignore, j’ai rechuté le jour de mon 30ème anniversaire par moi-même. L’année qui a suivi, ma consommation d’alcool s’élevait à environ un demi-litre par jour. J’ai été arrêté pour état d’ivresse sur la voie publique, et un peu plus tard pour défaut de comparution à la cour.

La seconde rechute, encore plus violente

À la recherche de changement, j’ai déménagé aux Philippines à l’âge de 32 ans. Ma consommation d’alcool s’élevait à un litre par jour. Les années qui ont suivi, j’étais un alcoolique qui arrivait à peine à fonctionner normalement. Je me débrouillais bien dans les affaires, mais j’étais complètement incontrôlable en dehors du travail. Je buvais jusqu’à perdre connaissance tous les soirs. Toujours seul. Je suis rentré aux États-Unis et ma consommation d’alcool a encore augmenté, jusqu’à 2 litres par jour. Je me réveillais le matin et je buvais, je buvais ensuite toute la journée, et je buvais enfin jusqu’à m’endormir. J’ai perdu ma petite amie, mon travail, j’ai été expulsé de chez moi, et j’ai été rejeté par tous. Je n’avais plus de contrôle sur ma vie et j’ai décidé de demander de l’aide.

A 37 ans, je suis allé dans un centre de réhabilitation en Thaïlande. Là-bas, j’ai commencé à réellement comprendre ma maladie et à construire une base de principes. Je suis rentré au Texas motivé, plein d’espoir et d’attentes. J’ai suivi une routine solide pendant environ 5 mois, mais j’ai rechuté à nouveau, et ma dépendance est revenue sous une forme de vengeance. Le Covid a frappé le monde et l’isolement a été le sol fertile idéal pour ma maladie. Alors j’ai délaissé ma routine et tout ce que j’avais appris, et j’ai plongé dans la dépression. J’ai bu jusqu’à l’abandon.

Les mois qui ont suivi, j’ai été admis aux urgences à 6 reprises du fait de mon alcoolisme, et aux soins intensifs pendant 3 jours. Juste après être sorti de l’hôpital, j’ai cherché à me faire aider à nouveau, cette fois-ci dans une autre structure en Thaïlande. Je suis aujourd’hui sobre depuis 55 jours.

Mon présent

Entre un passé omniprésent…

Ma vie aujourd’hui peut être parfaitement résumée en un mot : une Transition. C’est une combinaison du passé et du présent, et c’est ce que j’aimerais changer. J’aimerais être complètement dans le présent. Mes actions et comportements passés vivent constamment dans ma tête, et les conséquences de ces actions et comportements ont infiltré toute ma vie.

Mon présent est une reconstruction complète de moi-même.

Je n’ai actuellement pas de travail, pas de logement, pas de voiture, pas d’argent, très peu d’amis, et une situation familiale tendue. J’avais auparavant une vie plutôt décente. J’étais une personne différente. J’aimais alors profondément la vie, un peu comme une sorte de « Carpe Diem ». J’étais spontané, aventureux et entouré de nombreux amis. Mes interactions sociales étaient nombreuses, j’étais décrit comme extraverti et toujours aimant et positif. Ces jours-ci, pas du tout. Je suis devenu une personne très isolée, incapable de maintenir des relations saines. La dépression et l’anxiété sont mes plus gros défis du moment, tout comme la reconstruction de mes valeurs fondamentales et l’élimination de mes défauts de caractère. Alors que j’étais auparavant une personne fiable, de confiance et même inspirante, maintenant je ne le suis plus. Avant je suivais mes passions et menais une vie épanouissante, maintenant je suis reclus à l’intérieur de moi-même.

… et un avenir plus optimiste

Ceci étant dit, je sens que je suis exactement là où je suis censé être. Jamais auparavant dans ma vie j’ai ressenti le désir intense que je ressens aujourd’hui ; le désir d’explorer et d’apprendre qui je suis vraiment. Je veux sincèrement mieux me connaitre et faire le travail nécessaire pour retrouver la personne que je suis, dont je suis heureux et fier. J’ai la chance d’avoir mon père et mon frère qui me soutiennent avec leurs encouragements et qui m’inspirent à continuer mon développement personnel.

Je vois une lumière au bout du tunnel, et c’est rafraichissant.

Mon futur

Une paix intérieure

Le fait de penser à mon futur idéal me donne le sourire. Mon objectif ultime est d’être en paix. Être complètement confortable dans ma peau et perpétuer les valeurs et morales avec lesquelles j’ai été élevé, et que j’ai incarnées par le passé. Quand je pense au futur, je visualise une communauté solide avec qui partager tous les accomplissements et les défis de ma vie. Finies l’anxiété, la dépression et la solitude ; mais au contraire, du calme, de la positivité et de nombreuses connexions humaines. Je me vois comme un ami fiable et honnête qui apporte du bonheur aux autres. Je me vois dans une carrière épanouissante, en adéquation avec ma nature créative et entrepreneuriale.

J’aimerais continuer la vie d’expatrié avec laquelle j’ai grandi, découvrir de nouveaux lieux et cultures partout dans le monde, et continuer à me développer et à faire grandir mon esprit. J’aurai une philosophie de vie alignée avec mon âme, et qui me permettra de naviguer les eaux de la vie avec une certaine facilité. Mon âme sera vibrante et épanouie, et les personnes avec qui je serai en contact le ressentiront. Ma famille sera fière de moi, mes amis m’aimeront, et ceux avec qui je travaillerai me respecteront.

Du sens à ma vie

Je laisserai derrière moi un monde meilleur, en tendant la main et en aidant les autres. J’utiliserai mes connaissances et ma compréhension du monde pour aider les personnes qui m’entourent, et être un membre aidant de la communauté. Je serai une inspiration pour le plus grand nombre et une ressource fiable pour ceux qui ont besoin d’aide et d’amour. Enfin, je ne serai pas égoïste et égocentrique, mais plutôt bienveillant et connecté aux autres. Je vivrai dans un état de paix constant, capable de gérer les hauts et les bas de la vie avec aplomb, en accueillant l’impermanence de la vie.

Ce sont les pensées qui me viennent à l’esprit quand je rêve du futur… et ça me donne le sourire 🙂

Rédigé par Stephen en Février 2021

Retrouvez mes publications en lien avec le yoga et la psychologie sur Facebook, Instagram et YouTube.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être celui-ci: les 5 étapes du changement en psychothérapie.

Partager l'article :
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *